Baisse et reconfiguration de l’emploi atypique au Québec

Québec, le 8 octobre 2014 – La proportion d’emplois atypiques, soit ceux qui sont temporaires, à temps partiel ou encore occupés par des travailleurs indépendants, a baissé de 5 à 10 points de pourcentage dans quatre industries au Québec, entre 1997-1999 et 2011-2013 (moyenne de 3 ans). Ces résultats sont tirés du bulletin Flash-info qui est publié aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec.

Ainsi, l’industrie de la construction a vu sa part de travailleurs atypiques décliner de près de 10 points (- 9,5 points) pour s’établir à environ 45 % en 2011-2013, et ce, malgré une hausse de 35 000 emplois atypiques. Le nombre d’emplois atypiques s’est accru au même rythme dans l’industrie des services professionnels, scientifiques et techniques, alors que la part de cette industrie a diminué de plus de 8 points pour se fixer à environ 40 % en 2011-2013.

L’industrie du commerce et celle des soins de santé et de l’assistance sociale, quant à elles, ont connu une diminution de leur taux d’emplois atypiques de 5 à 6 points. La baisse du côté des soins de santé et de l’assistance sociale est encore plus significative étant donné l’ajout de plus de 50 000 emplois atypiques dans cette industrie entre 1997-1999 et 2011-2013. À l’inverse, durant la période, l’industrie des services d’enseignement affiche une croissance de l’ordre de 6 points de sa part d’emplois atypiques, laquelle atteint plus de 40 %. Cette industrie voit également son nombre d’emplois atypiques augmenter de 35 000.

Par ailleurs, on assiste à une recomposition de l’emploi atypique au Québec : une baisse de la part des travailleurs indépendants avec aide rémunérée est observée concurremment à une augmentation de la part des emplois salariés temporaires à temps plein. La hausse de ce dernier type d’emplois a surtout été constatée chez les 30-54 ans, les diplômés universitaires, les professionnels, les syndiqués de même que dans le secteur public et dans les services d’enseignement.

De 1997-1999 à 2011-2013, près de 210 000 emplois atypiques ont été créés au Québec. Toutefois, le nombre net d’emplois typiques, soit les emplois salariés permanents à temps plein, s’est accru deux fois plus vite durant cette période; cette croissance représente environ 70 % de celle de l’emploi total.

Le salaire horaire des avocats et des notaires québécois ne varie pas selon le secteur d’appartenance, la couverture syndicale ou le genre dans les grandes entreprises

En 2013, les avocats et les notaires œuvrant dans les entreprises québécoises de 200 employés et plus reçoivent généralement un salaire horaire semblable, qu’ils évoluent dans le secteur privé ou public, qu’ils occupent un poste syndiqué ou non ou qu’ils soient de sexe féminin ou masculin.

La rémunération globale par heure travaillée, c’est-à-dire lorsque les heures de présence au travail et les avantages sociaux sont pris en compte, est plus élevée pour les avocats et les notaires du secteur public, de sexe masculin et syndiqués.


L'Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le coordonnateur statistique pour le Québec et la pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

Sources :

  • Luc Cloutier-Villeneuve
    Analyste en statistiques du travail
    Tél. : 514 876-4384, poste 6207
  • Nadège Jean
    Coordonnatrice, Études rémunération et Relations clients
    Tél. : 514 876-4384, poste 6224
  • Sylvain Carrier
    Conseiller en communication
    Tél. : 418 691-2403, poste 3329
    Cellulaire : 418 655-2411


  • Centre d'information et de documentation
    Tél. : 418 691-2401
    ou 1 800 463-4090 (sans frais d'appel au Canada et aux États-Unis)
  • Compte Twitter : http://twitter.com/statquebec