L’endettement à la consommation a connu une croissance importante au Québec

Québec, le 2 juin 2015 – Le ratio d’endettement par rapport au revenu disponible des familles québécoises ayant des dettes a atteint 162 % en 2012. Si l’on retire les dettes hypothécaires du calcul pour ne tenir compte que des dettes de consommation, le ratio d’endettement se situe à 45 %. Ce ratio est maintenant comparable au reste du Canada alors qu’il s’établissait à un niveau inférieur en 1999 (28 % contre 35 %). Ces résultats sont tirés d’un article publié aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec dans le bulletin Données sociodémographiques en bref, à partir des données de l’Enquête sur la sécurité financière de Statistique Canada.

Hausse de la proportion de familles montrant un ratio d’endettement à la consommation élevé
La hausse significative de la proportion des ménages affichant un ratio élevé (80 % et plus) vient confirmer le recours plus grand au crédit. En effet, la proportion est passée de près de 10 % en 1999 à 16 % 13 ans plus tard. Il convient également de souligner que les familles déclarant des revenus disponibles de moins de 25 000 $ sont plus susceptibles de présenter un ratio élevé (89 % en 2012).

Le ratio d’endettement à la consommation est maintenant plus élevé chez les familles propriétaires que chez celles qui sont locataires

Alors que le taux d’endettement à la consommation des familles propriétaires de leur logement était plus faible que celui des familles non propriétaires en 1999 (26 % c. 33 %), en 2012, c’est la situation inverse qui prévaut, en raison d’une plus forte augmentation du taux des familles propriétaires. De fait, les familles non propriétaires affichent un taux du même ordre en 2012 (36 %), tandis que celles qui sont propriétaires voient leur taux grimper à 47 %. Notons que le reste du Canada a connu un phénomène semblable au cours de la période étudiée.


L'Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le coordonnateur statistique pour le Québec et la pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

Sources :