En 2013, 4 employés sur 10 ont reçu un boni en vertu d’un programme de rémunération variable

Montréal, le 31 mars 2015 – En 2013, près de 50 % des employés œuvrant dans les entreprises de 200 employés et plus sont admissibles à un boni lié à leur rendement et/ou à celui de l’entreprise (rémunération variable). Un peu moins de 4 employés sur 10 ont effectivement reçu une prime (8,5 % du salaire en moyenne) en vertu d’un programme de rémunération variable.

Dans les entreprises privées, 55,6 % sont admissibles à un régime de rémunération variable, ce qui est nettement supérieur au taux observé dans les entreprises publiques (24,3 %). Le secteur privé compte également plus de travailleurs ayant reçu un boni (44,1 % contre 21,2 %). En ce qui concerne le coût moyen en pourcentage du salaire, il est plus élevé dans les entreprises privées que dans les entreprises publiques (8,9 % contre 6,4 %).

Au sein du secteur privé, les employés non syndiqués sont plus susceptibles d’être admissibles à un programme de rémunération variable (71,2 % contre 28,0 %) et d’en bénéficier (54,1 % contre 26,3 %) que les employés syndiqués.

Des différences importantes sont aussi notées entre les niveaux d’emploi. À titre d’exemple, 6 gestionnaires sur 10 ont reçu en moyenne un boni représentant 14,5 % de leur salaire, alors que seulement 4 travailleurs de niveau technique sur 10 ont obtenu une prime qui correspondait à 6,8 % de leur salaire.

Ces données sont tirées du rapport La rémunération variable dans les entreprises de 200 employés et plus au Québec. Résultats de l’Enquête sur la rémunération globale au Québec. Collecte 2013 produit par l’Institut de la statistique du Québec. Cette publication met en lumière les types de régime de rémunération variable offerts dans les grandes entreprises publiques et privées québécoises, le nombre d’employés touchés et les coûts.


L'Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le coordonnateur statistique pour le Québec et la pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

Sources :