Un nouvel indice pour mesurer le niveau de vitalité économique des localités québécoises

Québec, le 14 décembre 2016 – Les localités les plus vitalisées économiquement se concentrent essentiellement dans les couronnes de Québec, de Montréal et de Gatineau, comme en témoigne le nouvel indice de vitalité économique des territoires élaboré par l’Institut de la statistique du Québec et dont les résultats sont dévoilés aujourd’hui sur son site Web. Parmi les dix localités occupant le haut du classement en 2014, huit sont situées en banlieue de ces grandes villes. C’est le cas notamment de Lac-Delage, de Sainte-Brigitte-de-Laval et de Shannon, situées dans la couronne nord de Québec, de Candiac et de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, à proximité de Montréal, ainsi que de Cantley, une municipalité faisant partie de la région métropolitaine de Gatineau.

En revanche, ce sont principalement les localités des régions de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et du Bas-Saint-Laurent qui figurent en fin de classement.

Caractéristiques des localités les moins vitalisées économiquement

Les localités qui présentent un indice de vitalité économique faible sont généralement de petite taille, sont éloignées des grands centres urbains et se caractérisent par une population relativement âgée. Elles connaissent un déclin démographique important, en plus d’afficher un revenu total médian des particuliers et un taux de travailleurs largement plus faibles que dans les autres localités. 

Du côté des grandes villes : Lévis arrive en tête

Si l’on regarde uniquement le classement des villes de plus de 100 000 habitants à l’aune de l’indice de vitalité économique des territoires en 2014, on constate que c’est Lévis qui arrive en tête. Elle est suivie de près à ce chapitre par Terrebonne et Gatineau. Dans ces trois territoires, le revenu total médian des 18 ans et plus y est particulièrement élevé. En revanche, la ville de Trois-Rivières arrive dernière parmi les municipalités québécoises de 100 000 habitants et plus, en raison notamment du fait qu’elle performe moins bien que les autres grandes villes en matière d’emploi.

La situation économique s’améliore dans les localités de l’Abitibi-Témiscamingue

Entre 2002 et 2014, la plupart des localités de la région de l’Abitibi-Témiscamingue ont amélioré leur position relative au classement de l’indice de vitalité économique des territoires. L’amélioration de la situation économique dans cette région est attribuable, en partie, à la vigueur du secteur minier. À l’inverse, plusieurs localités des régions de Chaudière-Appalaches, de l’Estrie et du Centre-du-Québec ont glissé au classement. Le déclin du secteur manufacturier, une base économique importante dans ces régions, pourrait en être la cause.

Note méthodologique

L’indice de vitalité économique des territoires représente la moyenne géométrique des variables normalisées de trois indicateurs, à savoir le revenu total médian des 18 ans et plus, le taux de travailleurs des 25-64 ans et le taux d’accroissement annuel moyen de la population sur cinq ans. Chacun de ces indicateurs représente une dimension essentielle de la vitalité, soit respectivement le niveau de vie, le marché du travail et le dynamisme démographique. Il importe de préciser que le choix des indicateurs composant l’indice a été déterminé, en bonne partie, en fonction de la disponibilité des données à l’échelle des localités et des MRC. C’est pourquoi, faute de données, que le produit intérieur brut, qui mesure le niveau d’activité économique d’un territoire, n’a pas été pris en compte dans l’indice de vitalité économique.

Il importe également de mentionner que l’indice ne vise pas à mesurer les facteurs qui sont à l’origine de la vitalité économique des territoires qui sont plus difficilement quantifiables, comme la capacité d’adaptation face aux changements ou le leadership des élites politiques et économiques. L’indice ne renseigne pas non plus sur le degré de diversification des activités économiques des localités et, par conséquent, sur leur degré de vulnérabilité.

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

Sources :