Analyse du revenu : ne pas oublier de considérer les cotisations et les frais obligatoires qui s’ajoutent à l’impôt des ménages québécois

Québec, le 7 juin 2016 – En 2013, 17 % du revenu total des ménages québécois est alloué en moyenne à l’impôt, mais ce pourcentage augmente à 26 % en tenant compte d’autres cotisations et frais obligatoires. Ce constat est tiré de l’article du bulletin Données sociodémographiques en bref intitulé « Aperçu des cotisations et frais obligatoires s’ajoutant à l’impôt des ménages québécois », publié aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec.

La liste des cotisations et des frais obligatoires s’ajoutant à l’impôt comprend ici les huit composantes suivantes : les cotisations à l’assurance-emploi, au régime des rentes du Québec, à un régime de pension agréé ou parrainé par l’employeur, les cotisations syndicales et les frais d’associations professionnelles (incluant les primes d’assurance-responsabilité professionnelle), les frais de garde d’enfants pour occuper un emploi rémunéré, les cotisations au régime québécois d’assurance parentale, les pensions alimentaires payées et les frais médicaux.

Les ménages du groupe des 20 % les plus pauvres paient 2 % de leur revenu total en impôt et 7 % en autres cotisations et frais, tandis qu’à l’inverse, les ménages du groupe des 20 % les plus riches paient 23 % de ce revenu en impôt et 10 % en autres cotisations et frais. Tous ces paiements représentent donc en moyenne 33 % du revenu des plus riches, contre 9 % de celui des plus pauvres.

C’est parmi les ménages dont le soutien principal est âgé de 30 à 64 ans que la part du revenu dépensé en impôt et en autres cotisations et frais est la plus élevée (18 % et 10 %, respectivement), suivis des ménages pour lesquels ce soutien est âgé de moins de 30 ans (13 % et 10 %) et enfin de 65 ans et plus (12 % et 6 %).

Entre 1999 et 2011, alors que la part de l’impôt dans le revenu total des ménages québécois diminue de 4 points (de 21 % à 17 %), la part des autres cotisations et frais augmente de 2 points (de 7 % à 9 %).

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

Sources :