Baisse des investissements miniers en 2013

Québec, le 25 novembre 2014 – Après neuf années de croissance et l’atteinte d’un niveau record d’investissement de 5,1 G$ en 2012, le bilan de l’année 2013 se traduit par une baisse dans les investissements miniers de 10,8 % pour s’établir à 4,6 G$. 2013 représente la deuxième meilleure année de l’histoire de l’investissement minier du Québec. Selon les intentions exprimées par les compagnies minières, cette baisse devrait s’accentuer en 2014 puisqu’elles prévoient investir 2,9 G$, soit une diminution de 36,0 % par rapport à 2013. C’est ce que révèle le bulletin Mines enchiffres 2013 rendu public, aujourd’hui, par l’Institut de la statistique du Québec.

La Côte-Nord (2,1 G$), le Nord-du-Québec (1,5 G$) et l’Abitibi-Témiscamingue (0,8 G$), les trois principales régions minières du Québec, se partagent 97,0 % du total des investissements miniers en 2013. À cela s’ajoute la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean (0,1 G$), une région minière émergente qui accapare 2,4 % des investissements totaux au Québec.

Diminution des investissements pour l’aménagement des complexes miniers en 2013

Les investissements pour l’aménagement des complexes miniers se sont maintenus à un niveau relativement élevé, mais en baisse de 7,0 % par rapport à 2012. En 2013, le coût des travaux d’aménagement des complexes miniers a atteint 4,2 G$, soit 1,0 G$ en travaux généraux dans la roche, 2,6 G$ en immobilisations (constructions non résidentielles, machinerie et équipement) et 0,6 G$ en dépenses de réparation et d’entretien non capitalisées. Les métaux ferreux et l’or occupent une place prépondérante dans le secteur minier du Québec, représentant respectivement 48,2 % et 35,3 % des frais d’aménagement de complexes miniers.

Baisse des dépenses d’exploration en 2013

Les coûts des travaux d'exploration incluant les travaux de mise en valeur ont pour leur part atteint 382 M$ en 2013, accusant une baisse de 38,5 % par rapport à l’année précédente et une baisse de 54,2 % par rapport aux investissements records de 834 M$ enregistrés en 2011.

L’or demeure la substance la plus recherchée au Québec, les métaux précieux accaparant 37,4 % (143 M$) des frais d’exploration et de mise en valeur. Suivent les métaux usuels puis les métaux ferreux avec respectivement 15,9 % (61 M$) et 11,6 % (44 M$) des frais d’exploration et de mise en valeur. Les terres rares suscitent un certain intérêt, représentant 9,9 % (38 M$) des dépenses totales en exploration et en mise en valeur au Québec tandis que le graphite, le diamant et le phosphate accaparent à eux trois 9,1 % (35 M$) de ces dépenses.

Les investissements miniers en 2014

Selon les intentions exprimées par les compagnies minières pour 2014, les investissements en exploration et mise en valeur resteront relativement stables pour atteindre 404 M$. Par contre, la réduction des dépenses reliées à l’aménagement des complexes miniers sera importante. Ces dépenses devraient diminuer de 39,8 % pour s’établir à 2,5 G$ en 2014.

Les données et les tableaux sont disponibles sur le site Web de l’ISQ.


L'Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le coordonnateur statistique pour le Québec et la pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

Sources :

  • Louis Madore
    Responsable des statistiques sur l’investissement minier
    Tél. : 418 691-2411, poste 3254
  • Sylvain Carrier
    Conseiller en communication
    Tél. : 418 691-2403, poste 3329
    Cellulaire : 418 655-2411
  • Centre d'information et de documentation
    Tél. : 418 691-2401
    ou 1 800 463-4090 (sans frais d'appel au Canada et aux États-Unis)
  • Compte Twitter : http://twitter.com/statquebec