La performance des enregistrements musicaux québécois dans un marché global en baisse

Québec, le 1er avril 2015 – En 2014, la part de marché des enregistrements musicaux québécois s’élève à 43 %, une première hausse en cinq ans. C’est, notamment, ce que révèle l’étude publiée aujourd’hui par l’Observatoire de la culture et des communications du Québec (OCCQ) de l’Institut de la statistique du Québec.

Légère hausse des ventes pour les produits québécois

Ce résultat s’explique, d’une part, par une augmentation de 2 % des ventes de produits québécois. Ainsi, la croissance des ventes de produits numériques (+ 13 % pour les albums et + 10 % pour les pistes) compense la baisse de 5 % des ventes de CD. Toutefois, cette performance est attribuable aux produits québécois en anglais (+ 19 %), alors que les ventes des produits québécois en français diminuent (– 4 %).

D’autre part, la baisse des ventes des produits musicaux étrangers, estimée à – 18 % pour le CD, – 12 % pour les albums numériques et – 14 % pour les pistes numériques, se répercute positivement sur la part de marché occupée par les produits québécois.

Essoufflement pour les produits numériques

En 2014, c’est la première fois depuis leur arrivée sur le marché que les ventes d’albums et de pistes numériques déclinent. Au total, il s’est vendu au Québec 7,6 millions d’albums (– 6 %), le plus faible résultat observé à ce jour. Ce chiffre inclut 5,7 millions de CD, une diminution de 7 %, et 1,9 million d’albums numériques, en baisse de 4 %. Les ventes des pistes numériques régressent de 13 %, comparativement à une croissance de 1 % en 2013. Dans ces conditions, la part des produits numériques dans l’ensemble des ventes demeure stable à 35 % au Québec, mais aussi dans le reste du Canada (58 %) et aux États-Unis (56 %).

Ces renseignements proviennent de la publication Optique culture no 39 que l’on peut consulter sur le site Web de l’Observatoire de la culture et des communications du Québec.


L'Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le coordonnateur statistique pour le Québec et la pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

Sources :