Investissements miniers et livraisons minérales en baisse en 2015 et perspectives d’investissement encourageantes pour 2016

Québec, le 10 mars 2016 – Après neuf années de croissance et l’atteinte d’un niveau record de 5,1 G$ en 2012, les investissements miniers effectués au Québec continuent de diminuer pour atteindre 2,3 G$ en 2015, soit à peu près le même niveau qu’en 2009. C’est d’ailleurs entre les années 2009 et 2012 que le Québec a connu une augmentation particulièrement rapide de ses investissements miniers. Le bilan provisoire de 2015 se traduit donc par une baisse de l’investissement minier de 22,7 % par rapport à l’année précédente et de 55,2 % par rapport au sommet de 2012.

Selon les intentions exprimées par les compagnies minières, le niveau d’investissement devrait arrêter de chuter, voire même augmenter de 21,1 % en 2016 pour atteindre 2,8 G$. Cette augmentation serait soutenue par les dépenses en travaux d’aménagement, en immobilisation ainsi qu’en réparation et entretien effectuées sur les sites miniers (2,6 G$; + 23,4 %), les dépenses en travaux d’exploration et de mise en valeur restant plutôt stables (219 M$; – 0,7 %).

Pour leur part, les livraisons minérales sont passées sous la barre de 8 G$ pour la première fois depuis 2010, s’établissant à 7,7 G$ en 2015. Cela représente une diminution de 9,7 % par rapport à 2014.

Ces résultats proviennent de l’Enquête sur l’investissement minier du Québec et des Recensements annuels et préliminaires des mines, des carrières et des sablières dont les données provisoires sont publiées aujourd’hui sur le site Web de l’Institut de la statistique du Québec.

Les principales régions minières du Québec

En 2015, le Nord-du-Québec (886 M$), l’Abitibi-Témiscamingue (750 M$) et la Côte-Nord (580 M$) se partagent 96,4 % des investissements totaux au Québec. Les régions de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec ont été particulièrement affectées par le recul du prix du fer et des métaux usuels. Ces deux régions ont vu leurs investissements respectifs diminuer de 30,7 % et 29,8 % par rapport à 2014. La région de l’Abitibi-Témiscamingue, surtout axée sur les mines d’or, a pour sa part été épargnée, accusant un léger recul de ses investissements de 0,5 %.

Investissements pour l’aménagement des complexes miniers en 2015

Les investissements pour l’aménagement des complexes miniers ont diminué de 21,8 % par rapport à 2014. En 2015, le coût des travaux d’aménagement des complexes miniers a atteint 2,1 G$, soit 869 M$ en travaux généraux dans la roche, 586 M$ en immobilisations (constructions non résidentielles, machinerie et équipement) et 623 M$ en dépenses de réparation et d’entretien non capitalisées. Fait notable, les dépenses en immobilisations ont beaucoup diminué en 2015, accusant un recul de 45,7 % par rapport à 2014. Cela signifie que les sociétés minières ont moins investi dans la construction et l’amélioration de leurs installations minières.

Les mines d’or occupent une place prépondérante au Québec, représentant 43,7 % des frais d’aménagement de complexes miniers. Les mines de fer et de fer et titane occupent la deuxième position avec 27,0 % de ces frais, suivies des mines de métaux usuels avec 13,7 %.

Dépenses d’exploration en 2015

Les coûts des travaux d'exploration, incluant les travaux de mise en valeur, ont pour leur part atteint 220 M$ en 2015, accusant une baisse de 30,6 % par rapport à 2014 et une baisse de 73,6 % par rapport aux dépenses d’exploration records de 834 M$ enregistrées en 2011.

La région du Nord-du-Québec occupe le premier rang en termes d’investissement pour l’exploration et la mise en valeur de gîtes minéraux avec 117 M$, soit 53,3 % du total québécois. Cette région est suivie par celle de l’Abitibi-Témiscamingue où ces investissements atteignent 69 M$ (31,2 %), puis celle de la Côte-Nord pour 19 M$ (8,8 %).

Les métaux précieux sont les substances les plus recherchées au Québec, avec 49,2 % des frais d’exploration et de mise en valeur pour un total de 108 M$, dont 107 M$ juste pour l’or. Suivent les métaux usuels avec 26,2 % (58 M$) des frais d’exploration et de mise en valeur.

Livraisons minérales et emploi dans le secteur minier

Selon les données provisoires, en 2015, la valeur des livraisons minérales du Québec se situe à 7,7 G$, une diminution de 9,7 % par rapport à 2014 (8,5 G$). Il s’agit de la première fois depuis 2010 que la valeur des livraisons minérales est en deçà de 8 G$, les sommets ayant été atteints en 2011 (8,5 G$) et en 2014 (8,5 G$). Les régions administratives du Nord-du-Québec (2,3 G$; + 23,6 %), de l’Abitibi-Témiscamingue (1,8 G$; + 7,2 %), de la Côte-Nord (1,3 G$; – 45,9 %) et de la Montérégie (1,1 G$; – 17,0 %) demeurent les principales régions administratives pour la valeur des livraisons minérales puisqu’elles accaparent 85,2 % du total québécois en 2015.

Selon les prévisions exprimées par les compagnies minières, et si les prix des métaux et des minéraux demeurent aux mêmes niveaux qu’en 2015, la valeur des livraisons minérales devrait s’établir à 7,1 G$ en 2016, en baisse de 6,7 % par rapport à 2015.

Les principales substances minérales en 2015 au Québec sont l’or (2,4 G$), le minerai de fer (1,3 G$) et le nickel (850 M$). L’or et le nickel affichent des augmentations respectives de 27,6 % et 6,1 % par rapport à 2014, tandis que la valeur des livraisons de minerai de fer a diminué de 46,4 %, soit une baisse de plus de 1,1 G$.

L’emploi lié au secteur minier s’élève à 15 934 personnes-année en 2015, une baisse de 9,9 % par rapport à 2014. L’emploi minier est concentré dans les régions de l’Abitibi-Témiscamingue (3 420 emplois), du Nord-du-Québec (3 015 emplois), de la Montérégie (2 836 emplois) et de la Côte-Nord (2 799 emplois).

 


L'Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le coordonnateur statistique pour le Québec et la pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

Sources :

  • Louis Madore
    Responsable des statistiques sur l’investissement minier
    Tél. : 418 691-2411, poste 3254
  • Hugo Johnston-Laberge
    Responsable des statistiques sur la production minérale
    Tél. : 418 691-2411, poste 3235
  • Centre d'information et de documentation
    Tél. : 418 691-2401
    ou 1 800 463-4090 (sans frais d'appel au Canada et aux États-Unis)
  • Compte Twitter : http://twitter.com/statquebec