La nuptialité au Québec, déjà très faible, diminue encore un peu en 2016

Québec, le 5 juillet 2017. – En 2016, environ 22 000 mariages ont été célébrés au Québec, soit un peu moins que l’année précédente. Ce nombre consiste en 21 300 mariages de conjoints de sexe opposé et 700 mariages de conjoints de même sexe. La propension à se marier, déjà très faible depuis plusieurs années, se réduit encore légèrement. Si les conditions de nuptialité de 2016 demeuraient constantes, seulement 27 % des hommes et 29 % des femmes se marieraient au moins une fois avant leur 50e anniversaire. En outre, ceux qui se marient le font de plus en plus tardivement. L’âge moyen au premier mariage en 2016 atteint 33,4 ans chez les hommes et 31,9 ans chez les femmes. Dans les deux cas, il s’agit d’une hausse d’environ huit ans depuis le début des années 1970. Ces résultats portant sur les données provisoires des mariages et de la nuptialité au Québec sont tirés du bulletin Coup d’œil sociodémographique, numéro 57, publié aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec.

La popularité des mariages célébrés par une personne désignée ne se dément pas

Les mariages célébrés par une « personne désignée », qui inclut entre autres un ami ou un membre de la famille du couple, continuent de gagner en popularité depuis leur autorisation en 2002. En 2016, ils représentent plus d’un mariage sur quatre (28 %) unissant des conjoints de sexe opposé. Cette proportion surpasse celles des unions officialisées par un greffier au palais de justice ou par un notaire, qui est de 15 % chacune. Quant à la part des mariages célébrés par un ministre du culte, elle diminue de nouveau pour s’établir à 42 %, comparativement à 71 % en 2002. Chez les couples de même sexe, la part des mariages célébrés par une personne désignée s’élève à 43 % en 2016.

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

– 30 –

 

Sources :