Écart de 9 000 $ entre le revenu d’emploi médian des femmes et celui des hommes chez les personnes travaillant à temps plein toute l’année

Montréal, le 6 juin 2018. – En 2015, le revenu d’emploi médian1 des Québécoises travaillant à temps plein toute l’année s’établit à environ 42 400 $, tandis que celui des Québécois se fixe à environ 51 600 $, pour un écart de l’ordre de 9 000 $. Ce constat découle d’une analyse comparative des revenus d’emploi médian en 2015 diffusée par l’Institut de la statistique du Québec dans le bulletin Cap sur le travail et la rémunération, nº 11 à partir des données du recensement de 2016.

Au total, 67 professions sont analysées et celles-ci couvrent près de 85 % des personnes travaillant à temps plein toute l’année au Québec en 2015. Les résultats sont présentés par différents niveaux de compétence. Dans l’ensemble des professions, les femmes représentent environ 45 % de l’effectif des personnes travaillant à temps plein toute l’année, soit à raison de 30 heures ou plus par semaine et habituellement de 49 semaines ou plus par année.

Un écart présent dans la plupart des professions analysées

L’analyse des 67 professions révèle qu’environ le tiers de celles-ci montre un écart de revenu d’emploi médian de 10 000 $ ou plus à l’avantage des hommes, en 2015. C’est dans les professions de gestion et celles du niveau de compétence A (formation universitaire) que l’on trouve le plus souvent des écarts de revenu supérieurs à 10 000 $.

Cette situation se présente également pour certaines professions dans les niveaux de compétence B (formation collégiale) et C (formation de niveau secondaire). Bien que les écarts de revenu médian entre les sexes soient de faible amplitude pour certaines professions, aucune des professions analysées ne révèle une situation de revenu qui soit à l’avantage des femmes.

Les écarts en matière de revenu d’emploi entre les sexes s’expliquent en partie par des niveaux de rémunération horaire différents. Cependant, le temps de travail (heures et semaines de travail) peut constituer également un facteur explicatif de ces différences.

 

1. Comprend tous les revenus bruts perçus sous forme de traitements, de salaires et de commissions d’un travail rémunéré ou d’un travail autonome dans une entreprise agricole ou non agricole non constituée en société ou dans l’exercice d’une profession au cours de la période de référence.


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

– 30 –

 

Sources :