Coefficient de Gini

Le coefficient de Gini est une mesure d'inégalité de la distribution des revenus. Le coefficient, en pourcentage, est un nombre variant de 0 à 100, où 0 représente l'égalité parfaite, et 100 l'inégalité parfaite.

Le coefficient de Gini correspond à une surface définie à partir de la courbe de Lorenz, laquelle résulte du croisement de deux variables, soit la proportion cumulative d'une population et la proportion cumulative du revenu agrégé détenu par cette population, le revenu étant trié par ordre ascendant. Soit n, un échantillon représentatif d'un groupe d'observation et soit une variable décrivant le revenu. Les unités de l'échantillon sont triées en ordre ascendant du revenu. Soit pi, i=1,2,.,n, un vecteur qui représente les proportions de la population pour chaque unité i. (Ces proportions correspondent au poids de l'unité i, divisé par la somme des poids de tout l'échantillon n.) Soit wi, i=1,2,...,n, un vecteur qui représente les proportions du revenu agrégé pour chaque unité i; (ces proportions correspondent au poids de l'unité i, multiplié par son revenu, le tout divisé par le revenu agrégé de la population, c'est-à-dire la somme de chaque poids d'unité i multiplié par son revenu.) Le vecteur wk, k=1,2,...,i est défini identiquement. On définit l'inégalité au moyen du coefficient de Gini (G) par l'égalité suivante :

image002

En pourcentage, le coefficient de Gini varie entre 0, qui représente la situation d'égalité parfaite (comme si toutes les unités du groupe d'observation avaient le même revenu) et 100 %, soit la situation d'inégalité parfaite (c'est-à-dire que la totalité du revenu de ce groupe est l'apanage d'une seule unité). Entre ces deux valeurs extrêmes, théoriques parce qu'inobservables dans les faits, l'inégalité empirique s'accroît à mesure que les segments situés à l'extrémité supérieure de la distribution du revenu détiennent une part de plus en plus grande de l'ensemble du revenu.

 

Définitions du revenu


Le revenu du marché est la somme des revenus suivants : les revenus de travail (qui comprennent les salaires et traitements avant déductions ainsi que les revenus du travail autonome), les revenus de placements, les pensions de retraite privées (incluant les rentes d'un REER), les pensions alimentaires reçues et les autres revenus de sources privées.

Le revenu total comprend la totalité des revenus provenant du marché ainsi que tous les revenus de transferts issus des gouvernements fédéral et provincial, qu'ils soient imposables et non. Les revenus de transfert sont constitués du Régime de pension du Canada (RPC) ou de la Régie des rentes du Québec (RRQ), des prestations de la Sécurité de la vieillesse du Supplément de revenu garanti, des prestations de l'Assistance sociale, de l'Assurance-emploi, et de tous les autres transferts gouvernementaux.

Enfin, le revenu disponible équivaut au revenu total, duquel est soustrait l'impôt fédéral et provincial.