Définition(s)


 

D

  • DÉSORDRE SOCIAL
    • Définies comme des conditions physiques ou sociales reflétant un manque d’entretien ou de surveillance ou un non-respect des lois (WYANT, 2008), les formes de désordre social sont perçues par les criminologues comme étant des indices de la présence possible de la criminalité dans l’environnement physique et social (Keown, 2008). Sept formes de désordre sont traitées : les soirées ou les voisins bruyants; les gens qui traînent dans les rues; les déchets ou ordures qui traînent; le vandalisme, les graffitis ou autres dommages volontairement causés à des biens ou des véhicules; les gens attaqués ou harcelés en raison de la couleur de leur peau, de leur origine ethnique ou de leur religion; les gens qui consomment ou vendent des drogues; les gens en état d’ébriété ou faisant du tapage dans les endroits publics.
  • DISCRIMINATION
    • Traitement injuste d’une personne en raison du sexe, de l’appartenance ethnique ou culturelle, de la race ou la couleur de la peau, de l’appartenance physique (autre que la couleur de la peau), de la religion, de l’orientation sexuelle, de l’âge, d’une incapacité, de la langue ou de toute autre raison.

M

  • MESURES CONTRE LA CRIMINALITE PRISES AU COURS DES 12 DERNIERS MOIS
    • Les mesures contre la criminalité prises au cours des 12 derniers mois relèvent de l’adoption d’une stratégie visant à se protéger ou à protéger ses biens contre le crime. Six mesures sont considérées dans le cadre de l’Enquête sociale générale (ESG) : modifier ses habitudes ou ses activités ou éviter certaines personnes ou certains endroits; installer de nouvelles serrures ou barres de sécurité; installer un système d’éclairage ou un détecteur de mouvements; suivre un cours d’autodéfense; se procurer un chien; déménager ou changer de résidence.

  • MINORITÉ VISIBLE
    • Personne appartenant à l’une des minorités visibles définies dans la Loi sur l’équité en matière d’emploi et, le cas échéant, le groupe de minorités visibles en question. Selon cette loi, on entend par minorités visibles « les personnes, autres que les autochtones, qui ne sont pas de race blanche ou qui n’ont pas la peau blanche ». Il s’agit principalement des groupes suivants : arabe, asiatique, chinois, coréen, japonais, latino-américain, noir et philippin.

P

  • PRECAUTION PRISES COURAMMENT
    • Six précautions prises de manière courante afin d’améliorer la sécurité personnelle sont traitées dans l’Enquête sociale générale (ESG) : emporter quelque chose pour donner l’alerte ou se défendre; vérifier la présence d’intrus dans une voiture avant d’y entrer; déterminer un trajet en fonction de la sécurité; rester à la maison en soirée par peur de sortir seul; verrouiller les portes et les fenêtres de la maison; prendre une voiture, un taxi ou le transport en commun plutôt que de marcher.

R

  • RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT (RMR)
    • Une région métropolitaine de recensement (RMR) est composée d’une ou de plusieurs municipalités voisines situées autour d’un noyau urbain. Une RMR doit compter au moins 100 000 habitants, dont au moins 50 000 vivent dans le noyau urbain. Pour faire partie de la RMR, les municipalités adjacentes doivent être fortement intégrées à la région urbaine centrale, le degré d’intégration étant mesuré par le débit de la migration quotidienne calculé à partir des données du recensement. Une RMR est normalement desservie par plus d’un service de police.

T

  • TAUX DE CRIMINALITÉ
    • Nombre d’affaires signalées à la police pour 100 000 habitants. Les taux sont utilisés pour effectuer des comparaisons au fil du temps et entre les régions géographiques qui présentent des populations différentes. Le taux de criminalité englobe toutes les infractions au Code criminel, sauf les délits de la route et les infractions à d’autres lois fédérales, comme les infractions relatives aux drogues.

V

  • VICTIMISATION AVEC VIOLENCE
    • Dans le cadre de l’Enquête sociale générale (ESG), Statistique Canada recueille de l’information sur les expériences personnelles de victimisation de la population canadienne ayant trait à trois types d’infractions violentes, soit l’agression sexuelle, le vol qualifié et les voies de fait. Le terme « victimisation avec violence » est utilisé pour désigner l’ensemble de ces infractions.
  • VICTIMISATION CRIMINELLE
    • L’Enquête sociale générale (ESG) recueille de l’information sur les expériences de victimisation de la population canadienne, qu’elles soient personnelles ou relatives au ménage. Pour ce faire, Statistique Canada se base sur une liste réduite des infractions définies par le Code criminel. La victimisation mesurée par l’ESG fait donc référence à huit infractions, dont trois violentes : l’agression sexuelle, le vol ou la tentative de vol qualifié et les voies de fait. Les infractions suivantes sont pour leur part considérées comme sans violence : l’entrée ou la tentative d’entrée par effraction, le vol ou la tentative de vol de véhicules à moteur ou de leurs pièces, le vol ou la tentative de vol de biens personnels ou relatifs au ménage, et le vandalisme. Les personnes victimisées sont celles ayant déclaré avoir subi au moins une des huit infractions énoncées au cours des 12 mois précédents.
  • VICTIMISATION DES MÉNAGES
    • Dans le cadre de l’Enquête sociale générale (ESG), Statistique Canada recueille de l’information sur les expériences personnelles de victimisation de la population canadienne ayant trait à quatre infractions contre les ménages, soit l’introduction par effraction, le vol de véhicules à moteur ou de leurs pièces, le vol de biens du ménage et le vandalisme. Le terme « victimisation des ménages » est utilisé pour désigner l’ensemble de ces infractions.

Haut de page