Methodology(ies) In French only


Estimation de la population des municipalités

RAPPORT MÉTHODOLOGIQUE

De par sa loi, l’Institut de la statistique du Québec, créé en 1998 (L.R.Q., c. I-3.011), a le mandat de produire annuellement des estimations de population par municipalité.

I    Sources de données

L’estimation de la population des municipalités est réalisée à partir de la population dénombrée dans chacune des municipalités au dernier recensement disponible. Elle tient compte du mouvement annuel de la population obtenu par l’exploitation des données contenues dans le Fichier d’inscription des personnes assurées (FIPA) de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ).

1 – Statistique Canada

Le modèle d’estimation utilise les données du dernier recensement par subdivision de recensement (SDR). Les estimations annuelles de la population totale par Division de recensement (DR) sont également employées. C’est sur ces dernières données qu’est ajustée l’estimation annuelle de l’ISQ de la population par municipalité.

2 – Fichier d’inscription des personnes assurées (FIPA) de la Régie de l’assurance maladie du Québec

Le Fichier d’inscription des personnes assurées (FIPA) de la Régie de l’assurance maladie du Québec est utilisé pour comptabiliser les mouvements de population annuels survenant les municipalités. Le FIPA est un fichier administratif qui constitue un bassin d’informations intéressantes pour différentes études statistiques. Son niveau de couverture le rend tout à fait approprié pour la production d’estimations de la population selon différents découpages géographiques utilisés par l’administration québécoise, étant donné que tous les Québécois doivent s’inscrire à la Régie de l’assurance maladie pour avoir droit aux services couverts par ses différents programmes. Le fichier est constamment mis à jour par des renseignements transmis directement par les bénéficiaires. La vérification de l’admissibilité s’effectue chaque fois que le bénéficiaire demande lui-même le remboursement d’un service reçu au Québec ou hors Québec. Elle s’effectue également au cours du processus de traitement des demandes de remboursement présentées par les professionnels de la santé. Des informations visant à mettre à jour l’adresse de résidence ou à mettre fin à l’admissibilité légale aux programmes gérés par la Régie peuvent aussi provenir du ministère du Revenu, de la Régie des rentes du Québec, de la Régie de l’assurance automobile du Québec, du Directeur de l’État civil et des avis provenant d’organismes d’autres provinces canadiennes.

Le fichier transmis par la RAMQ à chaque année est un résumé au 1er octobre de la population présente au 1er juillet, épuré de toute identification explicite. Il contient le sexe et la date de naissance de l’individu ainsi que des données portant sur deux années, soit à l’année de référence et à l’année précédente : le code postal, le code de régime et le statut de fiche. Chaque fiche réduite se présente donc sous la forme suivante :

 

      Année1   Année2
     
 
  S, A   CP1, CA1, SF1   CP2, CA2, SF2
           
  S   = Sexe    
  A   = Date de naissance    
  CP = Code postal    
  CA = Code de régime    
  SF = Statut de fiche    
           

Le code postal à six positions est converti en municipalité à l’aide d’un fichier de conversion des codes postaux. Le fichier ne contient aucune indication sur le fractionnement des codes postaux chevauchant plusieurs Îlots de diffusion ou SDR. L’ISQ raffine les appariements du fichier en y ajoutant un poids qui détermine dans quelle proportion l’ensemble de la population détenant un code postal donné devrait être répartie dans tous les AD couverts par chacun de codes postaux. Le poids est calculé sur une base théorique, en fonction des seules informations contenues dans le fichier de conversion et de la population au recensement pour chaque AD. La somme de ces poids permet d’estimer le fractionnement municipal des codes postaux problématiques.

Le code de régime ainsi que le statut de fiche permettent pour leur part de statuer sur la présence de la personne au Québec au 1er juillet de l’année et de déterminer si la personne doit être considérée comme résident du Québec.

Les fiches des bénéficiaires sont classées  en quatre catégories :

  • Résident du Québec les deux années, si la fiche est valide les années 1 et 2;
  • Sortie de la population, si la fiche est valide l’année 1 et non valide l’année 2;
  • Entrée dans la population, si la fiche est non valide l’année 1 et valide l’année 2;
  • Non valide les deux années.

Chacune des catégories est détaillée en fonction du code de régime (CA) et du statut de fiche (SF) afin de déterminer plus précisément l’événement démographique lié à l’entrée ou à la sortie.

II    Méthodologie

La population de départ pour les estimations de 2011 à 2016 correspond à la population par subdivision de recensement (SDR) énumérée au Recensement de 2011. Cette donnée est corrigée du sous-dénombrement officiel selon l’âge et le sexe et ramenée au 1er juillet 2011 par Statistique Canada.

Cette donnée est comparée au chiffre de population tiré du FIPA par municipalité, obtenu par un compte direct des fiches valides. Le rapport de la population au FIPA sur celle au 1er juillet selon les chiffres corrigés du sous-dénombrement donne le taux de couverture du FIPA par municipalité (effectif au FIPA/population au 1er juillet).

TC =  Effectif au FIPA
         Pop au 1er juillet

TC = Taux de couverture      

Les cas extrêmes sont toutefois ramenés à des valeurs plus centrales par l’utilisation d’une borne maximale fixée à 1,25.

TC’ = max (1,25)

TC’ = Taux borné de couverture du FIPA

Ce taux sert à pondérer les événements annuels du FIPA au niveau de chaque subdivision de recensement (SDR).

À partir du fichier jumelé du FIPA sur deux années, par exemple 2011 et 2012, on dénombre les entrées et les sorties liées au mouvement migratoire intermunicipal entre le 1er juillet 2011 et le 30 juin 2012 pour chacune des municipalités. Ces mouvements sont obtenus par la comparaison du code postal en 2011 et en 2012 pour chacun des bénéficiaires. Si le CP en 2011 diffère de celui de 2012 et que le FCCP détermine que les CP se retrouvent dans deux municipalités différentes, il y a migration intermunicipale.  

Des analyses ont démontré que l’entrée en vigueur ou le retrait d’un code postal, par Postes Canada, peut parfois générer de faux mouvements migratoires lors de la conversion en municipalité. Des efforts sont consentis afin d’identifier ces cas et des corrections sont apportées manuellement aux entrées et sorties des municipalités pour lesquelles un problème a été identifié, mais des incohérences peuvent persister. Afin de minimiser les impacts indésirables, le rapport entre les entrées et les sorties migratoires est limité afin que la composante la plus élevée n’excède pas 1,5 fois la composante la plus faible.

S’ = min (S et 1,5 E)
E’ = min (E et 1,5 S)

S = Sorties par migration intermunicipale
E = Entrées par migration intermunicipale

Un décompte des autres mouvements est effectué et classé en deux catégories: Autres entrées (AE) dans la population (naissance, immigration, entrées interprovinciales, etc.) et autres sorties (AS) de la population (décès, émigration, etc.).

Le solde des autres entrées et autres sorties par municipalité est additionné au solde des entrées et des sorties par migration interne, ce qui donne l’accroissement net.

Acc Net = (AE –AS) + (E’ - S’ )

Acc Net =  Accroissement net     

Cet accroissement net est ensuite pondéré avec l’inverse du taux de couverture (1/taux de couverture) du FIPA par municipalité. Si la population du FIPA correspond à 90 % de la population d’une municipalité donnée, il est possible que cette différence soit causée par un ou plusieurs codes postaux et qu’ainsi les entrées et les sorties ne représentent que 90 % de ce qu’elles devraient être. Dans ce cas, les entrées et sorties de la municipalité sont pondérées par 1,11.

  Acc Net’ =
Acc Net 
     
TC’
       

Un compte intermédiaire de la population des municipalités à l’année t + 1 est obtenu en additionnant à la population de départ, au temps t, l’accroissement net pondéré au cours de la période :

P t+1 = P t + (Acc Net’)

P = Population

Ce chiffre est ajusté afin que la somme de la population de toutes les municipalités d’une DR donnée corresponde exactement à l’estimation de Statistique Canada pour cette même DR.
        
          dd

          rr =    Population ajustée
           DRi    =    Population de la division de recensement

Pour les années subséquentes, le point de départ est la dernière donnée estimée qu’on compare au compte du FIPA. Par exemple, l’estimation pour 2013 utilise comme population de base l’estimation de 2012. On procède par la suite suivant les mêmes étapes décrites précédemment, à savoir le calcul du taux de couverture, l’imposition des limites, le cas échéant, aux entrées ou aux sorties et l’ajustement du total de la population des municipalités d’une même DR sur l’estimation de Statistique Canada pour cette DR.

Mars 2017

Haut de page


Useful information(s)


  • Population count: An explanation of the available figures
  • The Institut de la statistique du Québec produces and publishes population counts derived from three different sources:

    • Population Estimates,
    • the Census,
    • Population Projections.

    Some of these figures are produced by the Institut, and others in collaboration with Statistics Canada or by that agency alone. The source of the figures is provided in our tables. Like all other statistics, population counts involve an area of uncertainty, which varies according to the information source, the completeness of the coverage, and the relevance of the indicators chosen to carry out the evaluations. Figures may differ depending on the source and may be revised as indicators are updated.


    Population Estimates

    The purpose of population estimates is 1) to adjust census results in order to account for net undercoverage and incompletely enumerated Indian reserves, and 2) to provide population data between two quinquennial censuses. These estimates are used by the Institut de la statistique du Québec for its demographic analyses.

    The most recent counts (2011 to 2017) are postcensal estimates. They are based on the 2011 Census counts, which were adjusted for net undercoverage and incompletely enumerated Indian reserves following coverage surveys. The estimated number of demographic events registered subsequently (births, deaths, and migratory movements) are incorporated annually. For the last available year (2017), the data are preliminary postcensal data, while data for the four previous years (2012 to 2016) are revised postcensal data. The difference between preliminary data and revised/final data is the level of completeness and availability of data for the various components.

    The estimates undergo an extensive revision every five years, once the results of the coverage surveys become available. For example, when preliminary data for 2013 were released, Statistics Canada revised the data for 2001 to 2012. Data for 2001 to 2010 then became final intercensal estimates.

    Detailed population estimates by age and sex are established each July 1 by Statistics Canada for the provinces and territories and are published every year in September. A few months later, usually in February, Statistics Canada publishes sub-provincial data by CD (census division) and by CMA (census metropolitan area). These data allow the ISQ to produce estimates at the level of administrative regions, RCMs (regional county municipalities) and municipalities, by sex and age or by age group.

    The Institut de la statistique du Québec also produces data for the annual decree of the population of municipalities on behalf of the Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, which is responsible for its preparation. The decree is adopted in December of each year by the Québec government, who then publishes it in the Gazette officielle.

    These data are the reference used by municipal governments to prepare budgets, enforce laws and manage government programs. The population estimates used for the decree are slightly different from those published by the ISQ on its website, because the methodology must be adapted since the MAMOT needs to access the data as soon as November.

    For historical trends of the population of municipalities, whether for demographic analysis or land use planning purposes, we recommend using the estimates published on the website of the Institut de la statistique du Québec, which provides a chronological series from 1996 to 2017 that is comparable over time, based on the geography on July 1, 2017 for all years.


    The Census

    The population census is a survey of all Canadian households conducted every five years by Statistics Canada. It provides a count of the population at a single point in time, generally in mid-May.

    Although an excellent source of information, the Census somewhat underestimates population size and none of its figures are corrected. In 2011, the net undercoverage was in the order of 0.9% for Québec and 2.2% for all of Canada. It varies depending on population and household characteristics. For example, it is greater in the case of 20- to 34-year-olds and slightly higher for men than women.

    On its website, Statistics Canada gives several reasons why there is undercoverage in population censuses:

    • “The objective of a census is to provide detailed information on the population at a single point in time. In this respect, one of its goals is to enumerate the entire population. Inevitably, however, some people are not counted, either because their household did not receive a census questionnaire (for example, if a structurally separate dwelling is not easily identifiable) or because they were not included in the questionnaire completed for the household (for example, the omission of a boarder or a lodger). Some people may also be missed because they have no usual residence and did not spend census night in any dwelling. In contrast, a small number of people may also be counted more than once (for example, students living away from home may have been enumerated by their parents and by themselves at their student address).


    • To determine how many individuals were missed or counted more than once, Statistics Canada conducts postcensal coverage studies of a representative sample of individuals. Results of these studies in combination with the census counts are used to produce current population estimates which take into account net undercoverage.”

    • Source: Differences between Statistics Canada’s census counts and population estimates, Statistics Canada, accessed February 28, 2018.
  • Population Projections

    Population projections, or demographic perspectives, are simulations of the future. They are based on an in-depth analysis of past and recent trends and on a set of assumptions on the evolution of demographic components: fertility, mortality, external migration, and internal migration. This exercise does not seek to predict the future, but to present a possible future, if trends continue.

    Population projections are generally produced every five years, following the release of census data adjusted for undercoverage, which are used as a starting point. However, they may be updated more frequently if an important event so justifies.

    The Institut de la statistique du Québec released the Perspectives démographiques du Québec et des régions, 2011-2061 in September 2014. This publication presents a main scenario—Reference Scenario A—which indicates the general trend. Secondary scenarios based on other assumptions which suggest a range of possibilities sometimes quite plausible and sometimes more theoretical, were also developed. Later on, in the fall, projections by RCM for the years 2011-2036 were made available.

    Detailed population projections for Québec from 2011 to 2061, and for administrative regions, CMAs and RCMs from 2011 to 2036 are available on the website of the Institut de la statistique du Québec. The website also provides information on the age and sex structure of the population, on annual components (births, deaths, migratory movements), as well as on private households.


    March 2018

Haut de page